Tube GeekTube JaponTube Pop culture & Actu

Shonen, Shojo, Kodomo… Le Manga dans tout ses états!

À ce jour, les ventes de Manga se portent toujours très bien en France et l’édition 2018 du Festival d’Angoulême, met d’ailleurs à l’honneur cette littérature si prolifique. Vous avez probablement pu constater que d’innombrables titres peuplent les rayonnages de nos librairies et vous avez peut-être également remarqué que ces Mangas sont séparés et classés dans de nombreuses et parfois incompréhensibles catégories. Mais avant de rentrer dans les détails, remontons un peu le temps…

Le Manga de Hokusai à Katsuhiro Otomo en passant par Osamu Tezuka

La slamsOft Corp vous propose de faire très rapidement en salle de réunion, un petit débriefe historique sur le comment du pourquoi.

Inventer par le très célèbre peintre Hokusai, le terme de Manga désigne un dessin distrayant. Il pu ainsi qualifier les nombreux croquis que contenaient ses carnets et les présenter sous cette appellation.

Le Manga d’origine était donc bien différent de son descendant contemporain que nous connaissons tous. Il s’agissait à l’époque d’une simple page contenant l’illustration d’une petite scène de la vie quotidienne, d’un paysage, d’animaux ou de plantes.

 Carnet de croquis divers de Hokusai (réédition) Ère Bunsei, an XI (printemps 1828). Extrait de HOKUSAI L’EXPO.

Ces croquis, qui étaient en réalité des estampes (gravures sur bois) en trois couleurs, ne racontaient aucune histoire. Ils se succédaient sur des pleines pages au centre de leurs encadrés et n’avaient aucun lien les uns avec les autres. Ils pouvaient donc être consultés de manière totalement indépendante et regardés dans n’importe quel ordre.

Mais ça, c’était du temps d’Hokusai au XIXème siècle…

Le temps passant, le Manga se développe et commence à raconter des choses. Mais les productions n’ont rien de complexes et se limite à quelques cases. Il faut attendre la fin de la 2ème guerre mondiale pour que cet art fasse sa grande révolution. Et cela grâce au génial créateur d' »Astro Boy » et de « Black Jack« , le mangaka Osamu Tezuka, qui se distingue véritablement par sa narration originale et son trait si caractéristique qui va influencer la discipline de manière considérable et aujourd’hui encore!

Les yeux dessinés avec démesure sont l’un des héritages de Tezuka.

Astro Boy, Ribon no kishi (princesse Saphir) et Le roi Léo

 

Mais c’est en 1982 que le Manga va commencer à libérer, tel Son Goku, tout son potentiel ;).

A l’origine, ce support plutôt destiné aux enfants et aux ados, va élargir son public en s’adressant désormais aussi aux adultes. Et c’est grâce aux aventures de Tetsuo et Kaneda que Katsuhiro Otomo va de nouveau révolutionner le genre. Avec la série AKIRA, Otomo nous présente un univers apocalyptique et nous plonge dans un néo Tokyo ravagé et ultra-violent. C’est dans ce décor qu’une bande d’adolescents évoluent, en roulant à tombeau ouvert sur des motos au design incroyable, et que sont abordés les thèmes de l’aliénation de l’individu, des dérives de la sciences, du fanatisme religieux et bien d’autres encore.

Akira. Ci-dessus Kaneda avançant vers sa moto avec une pilules d’amphétamine illustrée dans le dos de son blouson

Si Tezuka est considéré comme le « dieu du Manga » (donc le père) au Japon, Otomo est celui qui a libéré son audience et lui a permit de s’étendre au-delà de la sphère de la jeunesse, avec un propos et un design plus mature.
Aujourd’hui la diversité est encore plus importante et chaque tranche d’âge, garçon ou fille, homme ou femme possède sa catégorie de Manga.

 

Kodomo

Kodomo veut dire « enfant » en Japonais.
On reconnait facilement un Kodomo par son design souvent très simple et épuré. Ce type de production a pour but de plaire aux plus jeunes. C’est la raison pour laquelle le style graphique doit être très efficace, très lisible et souvent rassurant. L’histoire aussi doit rester simple et permettre une compréhension du jeune public, garçon ou fille.

 

Shōnen

Le mot shōnen signifie « adolescent » en Japonais.
Les bande dessinées désignées par ce terme s’adressent donc aux garçons, entre 10 et 15 ans. Les shōnens véhiculent des valeurs positives comme le courage, l’amitié ou encore la persévérance.
Ils mettent souvent en scène un jeune héros dont la destinée exceptionnelle ne pourra s’accomplir que si celui fait preuve de toutes les qualités que nous venons d’énumérer.

 

Shōjo

Shōjo est un mot Japonais qui veut dire «  jeune fille ».
Il est un peu l’équivalent du sh
ōnen mais destiné a un public féminin. C’est donc en toute logique, que le Shōjo s’adresse donc aux jeunes adolescentes. Il est souvent basé sur le thème du grand amour et ses thèmes de prédilection en dehors de la romance sont la musique, le sport, l’école et la mode. Le Shōjo peut-être décliné en Mahō shōjo centré sur les jeunes filles avec des pouvoirs magiques que l’on appelle plus communément les Magics Girls.

 

Seinen

Le Seinen manga est une BD qui cible les jeunes adultes de sexe masculin.
Ce type d’œuvres est beaucoup plus varié dans le style du trait et dans le type de récit. De l’épopée épique, au huit-clos intimiste, en passant par la science fiction, la romance ou l’ultra-violence, il n’y a pas vraiment de règles pour caractériser ces productions. Il en va de même pour le graphisme, qui peut-être très conceptuel ou particulièrement réaliste. Il y en a pour tous les goûts!
Le Seinen peut-être décliné en 
Young Seinen qui s’adressera plus aux lycéens et aux jeunes adultes.

 

Josei

Le Josei s’adresse à un public de jeunes femmes entre 15 et 30 ans. Il est l’équivalent féminin du Seinen.
Ici on est loin du prince charmant décrit dans les Shōjos et l’on aborde avec bien plus de réalisme les relations sociales et amoureuses. L’intrigue et les personnages y sont plus complexes et l’idéalisme a disparu. Beaucoup moins délirant que les Seinens dans les thèmes traités, il garde aussi une apparence graphique relativement homogène.

 

Seijin

Le Seijin est un manga qui s’adresse uniquement aux adultes. Non pas que son contenu soit érotique ou pornographique (même si cela arrive), mais il traite souvent de sujets graves et complexes et peut aborder des thèmes historiques ou politiques traités de manière très sérieuse. Sociologiquement, il concerne plus particulièrement les hommes.

 

 

Cette classification des Mangas est basée sur des facteurs tel que le sexe ou l’âge.

Mais ils peuvent également être classés par genre.
Vous pouvez donc voir également:

Le Hentai qui est un Mangas pornographique.

Le Mecha qui est un sous genre de la science fiction axé essentiellement sur les combats de Robots (ou Mechas) géants.

Le Gekiga qui est un type de Mangas dramatique datant des années 60.

Le Yaoi et le Yuri  qui sont des ouvrages consacrés respectivement aux liaisons gays entre hommes et entre femmes.

 

Sachez tout de même qu’il existe encore d’autres catégories et sous catégories. Mais nous nous arrêtons là pour le moment.

 

La slamsOft Corp vous remercie de votre visite et souvenez vous:

« le premier ordre » c’est de la merde. Vive « l’empire »!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *