Le Tube InspirantTube Pop culture & Actu

Stupeflip CROU, K’est-ce que c’est K’ce truc?

Fuck les Rock-star, bienvenue dans mon cauchemar!!!

Selon le Wiki, Stupeflip est un groupe de musique français formé au début des années 2000, qui mélange du Hip Hop, du Punk, du Rock et de la varièt’.

Vaste programme « bande de bâtards » !

Mais Stupeflip, ça n’est pas si simple… D’ailleurs, les membres du CROU (non ̶C̶R̶E̶W̶) et autres fans, sont assez chatouilleux, voir susceptibles, lorsque l’on essaye de classer ou de ranger dans une case cet ovni musical.

Chez slamsOft Corp, on a découvert Stupeflip vraiment par hasard. C’était au printemps 2011. Votre serviteur ovale (c’est à dire moi) était confortablement installé dans l’un des bureaux de la grande société aux Tubes, en train de bosser sur un projet graphique avec un bon gros casque audio sur la coquille.

J’avais lancé une radio sur Deezer. C’était radio « Wampas » il me semble.

Du coup l’algorithme de l’appli me jouait les titres des Wampas en alternant avec des artistes qui lui semblaient être similaires ou proches de leur style.

Plutôt cool sur le principe, ce type d’écoute permet de profiter de la musique de son choix, tout en découvrant d’autres groupes, chanteurs ou musiciens susceptibles de nous plaire et donc de sortir un peu des sentiers battus.

Et là, BIM!!!

Dans cette alternance de, « un coup les Wampas, un coup un aut’truc», je suis tombé sur une musique qui m’a dilaté les pupilles. Le titre m’a paru vraiment étrange mais en même temps très captivant. A base de « dédicaces » et de « crayon Titi » dans le texte, le son avait quelque chose d’hypnotique, de sombre et de nostalgique.

Je regarde pour voir de quoi il s’agit et je vois « Titre : Région EST » et « Album : Hypnoflip Invasion » de Stupeflip. Je me dis « Tiens, il porte bien son nom cet album! En revanche, pourquoi ce titre Région EST? ». Du coup je zappe radio Wampas et je clique sur l’album en question pour voir de quoi il retourne.
J’écoute au hasard un autre morceau. Et là, je tombe sur « le cœur qui cogne« . Un morceau complètement acidulé semblant sorti tout droit des années 80 et qui n’a rien à voir avec le morceau précédent. Pour tout vous dire, on croirait entendre Lio qui nous chante « Banana Split ».

Chose également surprenante, alors que le titre n’est pas terminé et que la musique tourne encore, un mec prend la parole dans un style ORTF ou radio Londres « Les Français parlent aux Français » et se met à raconter des trucs. En fait, il est en train de nous présenter le CROU:

« Salut. Je te présente le crou Stupeflip
Formé en 1972, le groupe se compose de trois membres :
Flip, l’âme damnée du groupe, sans arrêt sous pression (d’où son pseudonyme)
Pop Hip, véritable tête de turc du groupe, qui veut absolument faire du rock n’roll
Ainsi que King Ju »

Bref, Tout cela est bien intriguant!

Du coup je creuse davantage pour voir de quoi il s’agit et je mets le doigt dans l’engrenage…

Très vite, j’accroche avec d’autres titres tel que « Stupeflip vite», « La menuiserie», « Le spleen des petits», « hatter’s killah», ou encore « Apocalypse 894» et je me mets à écouter l’album en boucle. Même les morceaux de musique Pop, interprétés par le très « contesté» Pop Hip, sont excellents.
On passe donc d’un truc rageur, à un Bouzin Pop et on enchaîne avec un titre planant, bizarre ou marrant. Du coup on voyage pas mal.
Les transitions entre les morceaux, sont aussi très surprenantes. Elles nous décrivent à dose homéopathique l’univers de Stupeflip.

Mais qui est dans le CROU ?
Et qui ne l’est pas ? 
Qui saura vraiment…?

Pour faire rapidement les présentations, nous avons:

Vous allez me dire (et vous aurez bien raison), que ça n’a rien à voir avec la présentation rapide qui a était faite ci-dessus, qui nous parlait uniquement de trois membres, allias Flip, Pop Hip et King Ju.

Mais en fait avec Stupeflip c’est tout le temps comme ça!

Globalement, c’est le Dawa en permanence et personne ne s’y retrouve… Les fans qui ont essayé de donner un sens à tout ça, se frappent encore la tête contre les murs.

Quand King Ju nous dit, dans « Hater’s Killah» que Stupeflip c’est une construction mathématique, bah je pense qu’il se fout de notre gueule 😉

Au delà du style musical déjà très singulier, vient se greffer une mythologie complètement barrée, doublée d’un incroyable design onirique et torturé.
Entre « l’ère du Stup« , « la Religion du Stup » ou encore « les Clés du mystère au chocolat » en passant par le « Sinode Piboin » ainsi que toutes les « Régions« , le Stup Univers est un joyeux four-tout plein de contradictions.

Pour continuer dans la singularité, il faut savoir que les mecs du Crou apparaissent dans les médias systématiquement masqués et que leurs interventions sont en générale loin d’être classiques. Ils aiment bien foutre un peu le bordel quoi!
Les conventions, les règles, la promotion, ça n’est pas trop leur truc. Du coup, on sort un peu des sentiers battus et parfois ça brasse un peu (pour notre plus grand plaisir).

C’est Julien Barthélémy alias King Ju, qui assure l’essentiel de la création. Musiques, textes, trame narrative, clips, illustrations, King Ju touche à tout avec un style qui lui est propre (probablement le fameux « style en CRRR»). Pour info, il réalise lui même les pochettes de ses albums et une bonne partie des goodies qui les accompagnent.

CROU STORY

C’est au début des années 2000 que le son de Stupeflip commence à se répandre. Un membre du groupe Bosco (musique électro), diffuse une production de son voisin de palier, qui n’est autre qu’un certain Julien Barthélémy.
Cette maquette faite maison et avec les moyens du bord, ne passe pas inaperçue. Et c’est dans la foulée, que la bande de potes va enregistrer un premier CD promotionnel.

Mais curieusement, c’est sur un malentendu que le groupe va signer avec une Maison de disque…

Avec le morceau « Je fume pu d’shit» , qui sera diffusé en boucle sur les radios, Stupeflip va rapidement être associé (à tort) à la mouvance des groupes de fumette festive, style Kana.
Ce titre de POP-HIP complètement décalé avec le reste de l’album va permettre au CROU de venir montrer son museau dans l’émission de Top of the Pop.
C’est donc grâce à la confusion engendrée par ce titre, que leur premier album a pu voir le jour en 2003.

Stupeflip n’a jamais entretenu de bons rapports avec les maisons de disque. Très vite, la volonté de s’affranchir des Majors se fait sentir.

L’attitude des membres du groupe, qui incarne un « m’en-foutisme » extrême, saoule BMG qui va décider de les virer après la sortie de leur 2ème album en 2005.

Il faut dire que le CROU a une vision bien particulière du cap artistique à prendre. De plus, le comportement de ses membres pendant la promotion des albums est assez…

comment dire… inhabituel.

Globalement, on peut dire que Stupeflip se tire une balle dans le pied à chaque interview. Les rendez-vous médiatiques sont l’occasion pour King Ju et ses potes, de jeter un pavé dans la marre, de claquer un peu le boxon et accessoirement de fusiller leur image auprès du public. Cela avait déjà commencé lors de leur passage à l’émission de Top of the Pop.

Ces petit coquins avaient pris la peine, sans l’annoncer à la production, de modifier la bande musicale destinée à être diffusée pendant l’émission. Ainsi le titre « Je fume pu d’shit» s’interrompt brusquement et laisse place à un morceau bien rageur du même nom que le groupe, « Stupeflip».
À la fin du show, les mecs explosent des mixeurs des années 70 en les balançant sur le sol devant un public d’adolescents médusés.

C’est véritablement de la Piraterie 🙂

Le CROU va conserver cette posture de défiance face aux médias et continuer son anti-promo à la radio et à la télé.
Celle-ci atteindra son paroxysme lors de l’émission « Tout le monde en parle» de Thierry Ardisson qui était diffusée le samedi soir et enregistrait des taux d’audience de compét’.

Suite à cette interview, où ils ont été coupés et recoupés au montage, les gars du CROU se seraient bien fait engueuler! Producteurs, journalistes, buisness-men, Laurent Baffie, apparemment tout le monde leur serait tombé dessus pour les pourrir.

Pas sûr que ça les ait dérangé plus que cela…

Et pour cause! Le CROU, au travers de tous ses déboires médiatiques, était en train d’écrire sa légende.

Un groupe de musique étrange, qui n’a pas de pose marketing, qui est capable de produire du bon son et de bonnes boucles hypnotiques dans un univers complètement barré et bizarre, avec des mecs masqués qui ne respectent pas les codes, Stupeflip n’avait besoin de personne pour se démarquer et toucher son public!

Et quelle revanche sur le système lorsqu’en 2017, suite à une proposition de financement participatif pour son 4ème album sur la plateforme Ulule, Stupeflip explose des records.

Le projet initial était estimé à 40 000€. Mais les donations massives des fans ont permis de récolter quasiment 1 demi million d’euros, propulsant ainsi ce nouvel opus baptisé « Stup Virus« , à la tête des records européens de musique en crowdfunding. Troisième performance au niveau mondial!

Arnaud Burgot, le Directeur Général d’Ulule:

«Stupeflip n’est pas mainstream. Sa communauté n’en est que plus forte et plus engagée.»

Tuer STUPEFLIP pour qu’il ne meurt jamais

Suite à ce record dans le financement participatif, Stupeflip s’est retrouvé assis sur une montagne de pognon. Mais King Ju et ses potes qui n’ont pas grand chose à foutre de l’argent et qui ont toujours fait les choses de manières artisanales avec peu de moyens, risquaient quelque part de perdre un peu leur âme et leur style si particulier.

Ayant pressenti cette problématique, King Ju a décidé de ne pas trop changer les choses en achetant uniquement le matos qu’il avait prévu d’acquérir à l’origine du crowdfunding. Soit un très bon mixeur 🙂

Le reste de la tune a été réinvesti dans la réalisation de clips, la fabrication de goodies ainsi que dans l’organisation d’une énorme soirée destinée à remercier tous les contributeurs. La fameuse « Flip Party»

Chez slamsOft Corp, on adore Stupeflip. Est-ce que ça nous rend légitime pour en parler?
Non, mais on le fait quand même! Et j’ai peut-être parfois dis de la merde 🙂

Je ne sais pas si ce petit Tube dédié à Stupeflip vous aura donné envie d’écouter quelques morceaux.

En tout cas, si cela ne correspond pas à votre tasse de thé musicale, vous pouvez toujours explorer leur univers graphique et visuel au travers de clip comme « The Antidote » ou « The Solution ». Cela reste très surprenant 😉

Ces mecs, et en particulier Julien Barthélémy, donnent tout ce qu’ils ont pour ce projet artistique de haut vol et ils y laissent peut-être même leur santé… Alors si vous n’écoutez pas Stupeflip pour vous, écoutez le au moins pour eux 🙂

Merci d’être venu au sein de la slamsOft Corp dans le Tube dédié à Stupeflip et bonne journée.

Une réflexion au sujet de « Stupeflip CROU, K’est-ce que c’est K’ce truc? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *